Google et Facebook dominent toujours le classement AppsFlyer de la publicité mobile

Spécialiste de l’attribution mobile, AppsFlyer vient de publier la cinquième édition de son classement des meilleures sources médias du secteur de la publicité mobile.

Comme pour les éditions précédentes, l’indice de performance AppsFlyer offre une vision pour le marché du gaming et non gaming de l’écosystème de la publicité mobile en évaluant quels médias peuvent évoluer, offrir des forts taux de rétention et attirer les utilisateurs d’applications mobiles les plus engagés.
Les principales conclusions de cette 5e édition sont

1 / Apple se taille la part du lion : Il a fallu moins d’un an à Apple Search Ads pour rejoindre le groupe des poids lourds de la publicité mobile. Associer l’intention de recherche au fait que les utilisateurs sont déjà dans l’App Store est un cocktail extrêmement puissant, et leur classement indiciel le montre clairement.

2 / La domination de Facebook et Google : Les deux géants de la technologie dominent la publicité mobile comme jamais auparavant. Grâce à une échelle sans pareille et à une très haute qualité, Facebook reste la première source média des app marketeurs au niveau international, en tête des power rankings généraux dans les catégories gaming comme non gaming. Google continue à fournir un volume impressionnant et
une très haute qualité, conservant sa 2e place dans les power rankings généraux – dans les deux catégories également.

3 / En matière de ROI, Facebook et Google ont démontré que qualité et quantité peuvent également se traduire en réussite financière grâce à un chiffre d’affaires doublé et à un coût situé dans la moyenne (par rapport aux autres réseaux de l’Index), Facebook et Google occupent la première et la deuxième place du ROI Index Android, respectivement. Enfin, une comparaison régionale a montré que la plus grande part de marché de Facebook et de Google était en Amérique Latine, suivie par l’Asie, l’Europe de l’Ouest et enfin l’Amérique du Nord.

4 / Twitter génère une valeur importante, particulièrement pour les applications non gaming.
La plate-forme de micro blogging a enregistré des résultats impressionnants dans la catégorie non gaming. Elle a atteint un niveau de qualité exceptionnel au niveau mondial, ainsi qu’une échelle impressionnante (6e volume le plus important), l’amenant à une 4e place combinée dans le power ranking. En prenant en compte les applications de gaming, Twitter est parvenu à rejoindre le top 10, se classant 10e au power ranking général.

5/ Les marketeurs gaming choisissent un plus petit nombre de réseaux
Le nombre de réseaux choisis par les marketeurs d’application non gaming était quasiment le double de ceux choisis par les marketeurs d’application gaming. Quand on étudie les plus gros réseaux (minimum 500 000 installations), le ratio multiplicateur atteint presque 2,5. Le gaming est mondial par nature, et de fait oriente les marketeurs vers les réseaux ayant un répertoire
mondial. Le non gaming est au contraire de nature plus locale, car les marketeurs peuvent choisir des partenaires médias internationaux ou locaux.

6 / iOS contre Android : le gaming et le non gaming sont deux univers différents
Une comparaison de la qualité des principaux systèmes d’exploitation montre qu’Android et iOS sont au coude à coude pour les applications non gaming. Toutefois, pour les applications de gaming, iOS avait un score de qualité 20 % plus élevé qu’Android. Cela semble être la raison qui pousse les marketeurs d’applications de gaming vers iOS, où ils investissement plus que sur Android, si on considère les parts de marché. En tant que tel, Android génère seulement un volume double, à comparer à sa part de marché 5 à 6 fois supérieure. Dans le non gaming, les chiffres correspondent aux parts de marché.

7 / « Le secret d’une acquisition réussite réside dans la constante optimisation et diversification des leviers. Les marketeurs d’applications doivent mesurer l’impact de leurs choix d’acquisition des les premiers jours en s’attachant aussi bien à l’aspect qualitatif que quantitatif des résultats. » ; Sarah Rolland, Responsable Marché France Appsflyer.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à télécharger l’indice de performance AppsFlyer du 1er semestre 2017

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire