Avec Neuralink, Elon Musk veut révolutionner les interfaces homme-machine

neuralink

Après l’ère du « touch » et ses écrans tactiles, l’ère du « speak » avec les assistants vocaux voire celle du « scan » avec les caméras de smartphones, allons nous également adopter de nouvelles interfaces homme-machine uniquement basées sur nos pensées ?

C’est en tout cas le pari de Neuralink, une nouvelle start-up d’Elon Musk (Paypal, SpaceX, Tesla, The Boring Company, …), qui travaille sur une sorte de casque, dont les électrodes pourraient littéralement écouter nos ondes cérébrales afin de donner des instructions à une machine.

En développement depuis une vingtaine d’années, ce type d’interfaces permet déjà à des patients, atteints de handicaps moteurs, de contrôler de manière rudimentaire un curseur informatique ou un clavier virtuel.

Mais le projet Neuralink semble aller encore plus loin, en envisageant de greffer des dizaines d’électrodes de quelques microns, directement sous le cuir chevelu,

« Si tout se passe comme prévu, les patients opérés seront capables de saisir du texte simplement en y pensant, de déplacer un curseur avec une souris et de naviguer sur des pages Web. » explique un des ingénieurs du projet, à Bloomberg, repris par Frandroid.

A plus long terme, Neuralink pourrait également contribuer à l’émergence d’humains augmentés, voire de cyborgs, concrétisant ainsi les visions transhumanistes en vogue dans la Silicon Valley.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire