Le mobile représente 64% des inventaires publicitaires

Spécialiste de la publicité digitale, Sublime a réalisé une étude très intéressante sur les stratégies de monétisation des différents publishers à travers le monde.

Premier constat : le temps passé sur mobile est désormais plus de deux fois supérieur au temps passé sur desktop. La proportion dépasse même un facteur x3 sur certains marchés tels que l’Argentine, preuve du dynamisme de l’écran du smartphone.

Interrogés par Sublime, les éditeurs estiment ainsi que le mobile représente désormais en moyenne 64% de leur inventaire contre 36% pour le desktop. Si 7% des éditeurs indiquent ne pas monétiser leur inventaire web mobile, ils sont 50% à le commercialiser en interne, et même 72% à opter pour une monétisation externe, avec des spécialistes… comme Sublime.

Les formats les plus populaires sont la bannière (86%), la publicité in-Feed (71%), la vidéo (58%), les interstitiels (35%), le contextuel (27%) ou encore « l’expandable » (16%).

Une variété de formats qui ne semble toutefois pas complètement satisfaire les éditeurs (40%) et ils sont même 45% à juger le niveau de monétisation insuffisant sur cet écran. Malgré cette frustration financière, les éditeurs placent comme priorité le choix de formats qui respectent l’expérience utilisateur (45%) et ils attendent avant tout (65%) des formats qui ne dégradent pas l’image de leurs clients annonceurs.

Une étude qui devrait satisfaire Sublime qui cherche précisément à réconcilier performance commerciale et expérience utilisateur, avec ses différents formats publicitaires.

Etude à télécharger 

https://www.sublime.xyz/fr/blog/publishers-expectations-mobile-web

 

Estelle Reale, Sublime : «Le mobile est devenu la télé des millenials »

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire