Blaise Berdah, Wellpack : « Le SMS a une réactivité 10 à 30 fois supérieure à l’emailing »

Blaise Berdah - Wellpack

Co-fondateur de Wellpack, Blaise Berdah revient sur la story de ce spécialiste du marketing direct, disposant d’une base de 23 millions de profils SMS, et qui entend faire le pont entre les univers du messaging et de la publicité programmatique

La story wellpack ?

BB – Wellpack existe depuis 2001 et nous avons connu plusieurs métiers. Nous avons tout d’abord été leaders dans la vente de produits à crédit sur internet, puis un acteur important de l’emailing et plus récemment un spécialiste de l’assurance. Le point commun à toutes ces expériences a été la data, avec une même problématique d’acquisition, de valorisation et de monétisation des données.

Aujourd’hui, nous sommes des spécialistes du marketing direct, avec une base de données unique de plus de 23 millions de contacts, opt’in et compatibles RGPD, pour qui nous possédons le numéro de téléphone mobile pour des campagnes SMS. Cette base est enrichie en permanence, avec près d’un million de mises à jour ou de nouveaux ajouts chaque mois.

 

Une société devenue spécialiste du SMS ?

BB – Le SMS de fidélisation existe depuis de nombreuses années, notamment à l’initiative de marchands tels que Sephora ou Marionnaud. Et depuis 2014, Wellpack a lancé le SMS d’acquisition sur le marché français.

Grâce à notre base, nous pouvons toucher plus de 23 millions de Français. 95% de ces SMS sont lus dans les 4 minutes, ce qui constitue une nouveauté pour les annonceurs pour leurs campagnes Drive to web ou Drive to Store. Et les taux de clic vont de 5% à plus de 15% quand la marque est connue, ce qui est exceptionnel dans le marketing direct.

Le SMS a une réactivité 10 à 30 fois supérieure à un canal plus connu mais moins efficace comme l’emailing, dont les taux d’ouverture dépassent rarement 8% en conquête, pour des taux de clic de 0,5%

 

Un avenir qui passera par le RCS et les grandes plates-formes de messaging ?

BB – Depuis que nous avons connaissance du RCS, nous nous y préparons en faisant de l’option pour ce canal. Mais notre priorité reste le SMS et notamment le SMS enrichi. Nous considérons en effet que nous n’avons atteint que 5% de notre potentiel et qu’il faut encore évangéliser les annonceurs.

Nous réfléchissons par contre à enrichir notre base de données avec les AdvertisingID (IDFA, Google ID) issus des applications, afin de relier l’univers du messaging à celui de la publicité programmatique. C’est encore assez confidentiel mais on essaye d’avancer sur ce sujet prometteur

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire