Déploiement du RCS en France : Il faut accélérer !

Responsable Europe du Sud de CM.com, un agrégateur télécom retenu par les opérateurs pour déployer les RCS Business Messages, Jérémy Delrue invite le marché à accélérer pour déployer ce successeur du SMS

Après un quart de siècle de bons et loyaux services, le SMS continue de séduire les entreprises, grâce à sa simplicité et une compatibilité avec 100% des téléphones mobiles.

Selon une étude publiée en avril 2020 par l’AF2M et la Mobile Marketing Association France, près de 6,7 milliards de SMS « A2P » (des marques vers les consommateurs) ont été envoyés en France en 2019, un volume en croissance annuelle de 21% qui démontre l’engouement des annonceurs pour les SMS publicitaires (+9%) mais surtout pour les SMS de notifications (+38%), désormais majoritaires.

Mais si les SMS entre les marques et les consommateurs sont encore en croissance, les SMS P2P (interpersonnels) ont connu leur pic en 2015 (source ARCEP) et doivent désormais faire face à la concurrence d’une nouvelle génération d’applications. Qu’il s’agisse de WeChat, Viber, Messenger ou surtout WhatsApp, la concurrence est rude. Et bien que ces applications soient des « walled garden », la modernité de leur interface séduit de plus en plus de consommateurs, en particulier parmi les jeunes.

Selon une étude réalisée en février 2020 par Médiamétrie, 60% des Français se connectent chaque jour aux messageries et aux réseaux sociaux, et un tiers du temps passé par les 15/34 ans en France est désormais consacré aux applications telles que Snapchat, Messenger ou Instagram. Selon Médiamétrie, les messageries instantanées attirent même désormais plus de 23,3 millions de visiteurs chaque jour, en croissance de 8,3 millions de visiteurs uniques quotidiens au cours des 12 derniers mois.

Cette concurrence n’a pas échappé aux opérateurs qui se sont associés à Google pour lancer un nouveau protocole, le RCS (Rich Communication Services) afin de remplacer le SMS des téléphones Android et offrir aux entreprises une nouvelle génération de services interactifs : les RCS Business Messages (RBM).

Outre une interface multimédia (personnalisation, images, vidéos, cartes), une meilleure gestion des conversations (temps réel, groupe, automatisation) et une plus grande sécurité (Sender ID), le RBM offre de nombreux call to actions (clic vers web ou application, ajout vers l’agenda, paiement, …) ainsi que des statistiques sur les taux de lecture ou les taux d’interaction.

Si le RCS et les RBM ont été lancés dans de nombreux pays, la France prend son temps et les premiers pilotes, initiés au cours de l’été 2019, devraient désormais être remplacés par … de nouveaux pilotes qui fonctionneront jusqu’à la fin de l’année, avec une fenêtre de lancement du RCS qui pourrait donc rapidement glisser de la fin 2020 au début de l’année 2021.

Mais si le SMS apparaît encore en France comme un standard, rien ne dit que les consommateurs penseront de même pour le RCS. En Espagne par exemple, le standard c’est désormais WhatsApp et les opérateurs locaux devront déployer de gros efforts marketing pour reconquérir les utilisateurs et attirer les marques sur les plates-formes RCS/RBM.

En France, le RCS dispose également d’un beau potentiel. Mais si les opérateurs perdent encore une année et qu’ils optent pour un modèle économique trop ambitieux, les marques ne les suivront pas, et adopteront simplement les messageries Wallet Garden déjà plébiscitées par les consommateurs.

C’est hélas dans une certaine indifférence que nous fêtons le premier anniversaire du RCS en France en ce mois de juillet 2020. Et si les opérateurs veulent que cette technologie fête son deuxième anniversaire en 2021, ils doivent immédiatement accélérer et pour rivaliser sérieusement avec ses nombreux concurrents.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire